Shadow

shadowA Taipei, un jeune taïwanais donne des représentations de théâtre d’ombres, mais le public ne semble plus vraiment intéressé par cet art traditionnel. Après avoir suivi une jolie fille blonde qu’il a croisé dans la rue, il rentre chez lui en scooter et il a un accident. S’ensuivent alors une série d’événements étrange : il se transforme progressivement en ombre..
Parviendra-t-il à séduire cette fille avant que sa transformation ne s’achève ?
Un court métrage (23 min) passable.

Jeu de l’inconscient

Jeu de l'inconscient court metrageDans une soirée, Charles tombe sur un type qui lui adresse la parole. Ils se sont déjà vu auparavant, mais impossible pour Charles de se souvenir du prénom de son interlocuteur.
Dans l’esprit de Charles commence alors un jeu télévisé fictif, dans lequel interviennent son ego, son surmoi, ses idées noires, sa mère et même sa babysitter.. Un jeu dont leur but est faire deviner à Charles le mystérieux prénom oublié..
Un court métrage (10 min) original.

One Time

poker couvreur - one time tapis volantFilm Documentaire de 1h30 sur l’univers du poker, réalisé par Victor Saumont aka Tapis Volant (déjà auteur du très bon Petit Joueur).
On suit cette fois 3 joueurs lors de l’EPT Deauville de 2014 : Sébastien « Fake » Lapeyre (qualifié via l’émission de TV réalité la Maison du Bluff 3), Franck Kalfon (ayant fait une table finale dans ce même EPT Deauville e, 2013) et Flavien Guenan (un jeune shark qui a bien la tête sur les épaules).
Suivre ainsi les joueurs, jour après jour, permet de vivre l’événement par procuration, car nous sommes au plus proche d’eux et on partage leurs doutes, leurs émotions, de l’espoir à la déception.
Mention spéciale pour Sébastien « Fake » Lapeyre, qui est le plus amateur, et pourtant celui des 3 qui va le plus loin et qui se livre le plus à la caméra. Je ne le connaissais pas, mais il se trouve être très sympathique, humble et attachant.
Une bande son remarquable aussi avec des morceaux comme Hate Street Dialogue de Sisto Rodriguez, qui contribue à créer une ambiance de road trip qui colle bien à ce tournoi un peu particulier.

Blue Jasmine

blue jasmine - cat blanchettJasmine (Cate Blanchett) a passé toute sa vie à mener la grande vie à Manhattan, en temps que campagne d’une sorte de Bernard Madoff (Alec Baldwin), qui vient de se faire rattraper par la justice. Elle se retrouve seule, ruinée, expulsé, et quitte New York pour s’installer chez sa soeur (Sally Hawkins), qui vit dans une petite ville de campagne dans des conditions beaucoup moins luxueuses.
Dans un premier temps, Jasmine accepte un boulot de secrétaire médicale, et envisage de reprendre ses études.. mais cette vie de travailleuse n’est pas faite pour elle. Elle va finalement se concentrer sur un objectif unique : se trouver un bon parti pour retrouver son niveau de vie d’antan, mais pour cela elle va devoir gérer ses angoisses et son passé qui l’obsède..
La différence entre Jasmine (qui aime le luxe) et sa soeur (qui sait apprécier les choses simples) est flagrante. Chacune a ses propres soucis, mais Jasmine est clairement un peu moins stable psychologiquement, un peu trop obsédée par cette notion de statut social..
La petite musique Jazzy -marque de fabrique de Woody Allen- dédramatise les scènes de crises, même si les mots lâchés et situations vécues sont assez dures.
Excellente interprétation de Cate Blanchett, oscar de la meilleure actrice en 2014, bien loin de l’image de la femme épanouie ou héroïque à laquelle on s’est habitué (L’Étrange Histoire de Benjamin Button, la saga LOTR..).
Un Woody Allen de qualité.

Slice

slice - 2010 - thriller bangkokThriller Thaïlandais. A Bangkok, un serial killer vêtu de rouge fait son apparition. Il prend pour cible des touristes pédophiles, des pervers en tout genre, dont les corps sont retrouvés démembrés, émasculés par la police qui cherche une piste.
Lorsque la nouvelle victime s’avère être le fils d’un ministre, l’enquête devient hautement prioritaire, et le chef de la police fait sortir de prison un tueur à gage qui pense pouvoir retrouver la trace du coupable.
Un film très violent dans un univers assez malsain (meurtres à l’arme blanche, policiers corrompus, enfants abusés..)
Le film est très rythmé, et plutôt bien construit, même si le réalisme est assez discutable. On voit le dénouement arriver progressivement, et finalement le tout correspond bien à l’idée qu’on peut se faire d’un Thriller thaïlandais.

The Boy in striped pajamas

the boy in striped pajamasAllemagne, 1942. Le gradé nazi David Thewlis ( Rimbaud Verlaine , Cheval de guerre) se voit affecter une nouvelle mission, secrète. Il emménage avec sa femme Vera Farmiga (In the Air, Esther, The Conjuring) et ses deux enfants à proximité d’un camp de travail -qui se trouve être un camp de concentration- que son jeune fils Asa Butterfield (Hugo Cabret) croit être une simple ferme.. Ayant une âme d’explorateur, ce dernier va braver l’interdiction de sortir et se lier d’amitié avec un garçon juif du camp, qui a le même âge que lui..
De bons acteurs, mais une histoire évidement pas facile à digérer surtout lors du dénouement dramatique. Même si l’intrigue familiale principale tient sans doute de la fiction, on oublie pas que le décor, lui, fut réel.
Un scénario assez lourd, qui laisse une boule dans la gorge.