Sanjay’s Super Team

Sanjay PatelCourt métrage de 7 minutes des studios Pixar.
Un enfant est absorbé par un dessin animé à la TV alors que son père s’accorde un moment de prière. Un choc de génération entre la culture populaire du monde moderne et la tradition Hindu. Pourtant, il suffit d’avoir un peu d’imagination pour réunir les deux univers..
Un moment touchant avec une relation père-fils pleine d’amour et de respect. Bravo à l’auteur Sanjay Patel.

Carnage

carnage filmCe film de Polanski n’est pas, contrairement à ce que son nom laisse supposer, un film d’horreur. Il se déroule dans un appartement de New York, en huit clos, et en « temps réel », ce qui signifie que le temps de la projection (1h15) est celui de l’histoire.
2 couples font connaissance suite à une bataille entre leurs fils respectifs. Les premiers, Jodie Foster et John C. Reilly se veuillent conciliants, bienveillants, et font face aux froids Kate Winslet et Christoph Waltz qui se montrent assez détestables au premier abord. Ces rôles vont cependant voler en éclat au fur et à mesure de l’histoire.. celle-ci nous amène à réfléchir sur les conventions qui, lorsqu’elles éclatent, révèlent au grand jour certains égos qui ne sont pas beaux à voir.
La construction fait penser à une pièce de théâtre en 4 actes. Bien rythmé, bien interprété, efficace. Bravo Polanski.

La Piscine

la piscine film delonFilm sorti en 1969, dans l’aspiration de mai 68.
Le couple people Alain Delon – Romy Schneider séparé depuis 1963 se reforme à l’écran.
Au bord de cette piscine, les corps semi dénudés bronzent, la température monte, l’atmosphère est saturée de désir charnel.
Le farniente des vacances est interrompu par l’arrivée d’un « ami » proche de Romy, accompagné de sa fille Jane Birkin (qui joue très mal).
Commence alors un jeu assez ambigu d’attraction – séduction avec les nouveaux venus, sans imaginer ce jeu dangereux puisse mal tourner.
Derrière ces personnages qui assument leur mode de vie ouvert de soixante-huitards

Il y a des soirs ou tous est permis, enfin presque

C’est en fait un point de vue très réactionnaire qui est défendu puisque la liberté des mœurs est clairement le déclencheur d’un drame.
Notons également un point de vue assez patriarcale, puisque ce sont les hommes qui séduisent, qui décident, qui s’affrontent.. et les femmes (à l’image de la potiche Jane Birkin) sont quasiment relégué au rang d’objet de second plan, objet du désir masculin
Enfin cette petit phrase (merci Descartes) qui prône la maîtrise de soi et l’acceptation du monde tel qu’il est:

Change tes désirs plutôt que l’ordre du monde

Pretty Little Miss

serial killeuse auto stopUn conducteur à l’allure inquiétante transporte une jeune auto-stoppeuse, petite brune assez jolie qui a l’air toute gentille. Mais parfois les apparences sont trompeuses..
Un court métrage avec des dialogues assez plats.
Le seul intérêt est qu’il soit issu d’une idée lancée sur reddit.
Preuve pour moi que reddit est surtout bon pour cultiver l’esprit troll, à l’image de ce commentaire

This is the worst porno i have ever seen

A voir sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=dkYYBC9Bmio

Doodlebug

doodlebug nolanUn homme est seul dans son petit appartement. Il est obsédé par une petite bête qu’il essaye d’écraser en vain..
Ce court métrage en noir et blanc de 3 minutes serait passé complètement inaperçu si il n’avait pas été réalisé par Christopher Nolan.
On retrouve le thème de la maladie mentale qui lui est cher (Memento, Insomnia) et aussi le twist final qui laisse songer (Inception).
A voir sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=-WhKt_CkXD0

La Tour 2 controle infernale

la tour 2 controle infernaleFilm un peu décevant, même pour les fans du premier volet La Tour Montparnasse infernale dont je fais parti.
Les clins d’œil au premier volet sont nombreux, mais on rigole moins, voir pas du tout (les blagues racistes font un flop)
Le scénario est volontairement tordu pour pouvoir faire des jeux de mots -par exemple le plan épervier- ou amener des scènes cocasses – comme Ramzy qui tombe du building tel un bonhomme gluant cascadeur.
Quant à Philippe Katrine, il s’accorde bien au côté délirant, mais il est un peu trop présent -dans le premier volet, la présence des méchants est anecdotique.
On aurait aimé d’avantage de personnages barrés comme dans la série H. Et je constate une fois encore que pour Eric et Ramzy, les longs formats marchent moins bien que les formats courts (sketchs ou la série Platane)
Le duo reste certes fidèle à lui même, mais ne vieillit pas très bien..