Gadjo, un prince chez les manouches

Gadjo Louis de Gouyon MatignonReportage de 53min sur Louis de Gouyon Matignon, un jeune étudiant en 3è année d’étude de droit, qui défend les gens du voyages et les roms. Depuis tout petit, il s’est interessé à cette communauté graçe à la musique manouche. Et aujourd’hui il mène plusieurs projets, avec l’ecriture de son premier livre, et la création de son premier parti politique.
Dans le reportage, sa vie s’alterne entre le 16e arrondissement, un milieu dans lequel faire du covoiturage pour gagner 10€ est « sévère », et le milieu forain où il entretien des relations d’amitié qui lui sont chères.
Dans l’ensemble, ce jeune homme parait sincère, mais ce grand écart social laisse beaucoup de gens perplexes, dans la haute société comme chez les forains. Sa reconnaissance, il ne l’obtiendra qu’avec le temps, à condition qu’il persévère…

Zatôichi

zatoichiTakeshi Kitano est un samouraï aveugle. Mais lorsqu’on a des sens aussi aiguisés que les siens, la vue est facultative.
Ces énnemis vont s’en rendre compte un peu tard..
C’est violent, avec des membres découpés, et sans pitié, avec des cadavres s’entassent.
Les motivations de vengence familiales sont déjà vues, et on devine assez rapidement que le film nous emmène vers un grand duel final avec le chef des mechants, dont l’identité n’est pas dévoilé..
Un bon film dans son style.

Des hommes et des dieux

des hommes et des dieuxFilm historique sur l’assassinat de 7 moines catholiques en Algérie en 1996. Leur communauté était très appréciée des villageois des environs, car ils vivaient humblement, rendaient des services à la population, qu’ils soignaient et à qui ils fournissaient des médicaments.
La casting est riche (Lambert Wilson, Michael Lonsdale, Olivier Rabourdin, ..), l’histoire mérite d’être connue, et on est amené à réfléchir sur la foi et la vocation de moine, mais le film est long et déprimant.
Pendant 2h, on voit ces moines attendre leur dernière heure sans ne rien faire, si ce n’est prier et accepter leur sort.. ça semble bien passif, et même si ces individus vertueux étaient conscients des risques, on regrette qu’ils n’aient rien fait de concret pour éviter cette issue tragique.
Quant aux véritables commanditaires de leur assassinat, 5 minutes de lecture de la page wikipédia Assassinat des moines de Tibhirine nous en apprend plus que ces 2 heures de film.
Touchant, mais à éviter.

Emmanuelle

emmanuellle film
Film érotique français sorti en 1974. Fraîchement débarquée en Thaïlande, la grande et fine Emmanuelle (Sylvia Kristel) découvre les plaisirs du corps. Dans les scènes avec des femmes, c’est tendre et sensuel, et lorsqu’elle est avec des hommes, les scènes sont plus violentes, son accord est parfois secondaire et elle se voit reléguée au statut d’objet sexuel.
Symbole du cinéma érotique « acceptable », ce film est longtemps resté à l’affiche en Franche.
Il aura marqué son époque, mais n’a malheureusement pas bien vieilli.

Michael Jackson – Naissance d’une légende

michael jackson fiveDocumentaire sur Michael Jackson, de ses premiers pas avec ses frêres avec les Jackson Five, puis l’école de la Motown, ses débuts en solo et son expérience au cinéma..
Derrière la star adulée, on voit un bourreau de travail « à coté duquel il était impossible de tricher » mais aussi un type d’une extrème sensibilité, ce qui est palpable dans sa voix, et d’une grande énergie, il suffit de le voir sur scène.
Malgré tout, le documentaire est un peu long, on aurait aimé moins de blabla et davantage d’images d’archive.

Grand Central

grand centralUn triangle amoureux entre Tahar Rahim, Léa Seydoux et Denis Ménochet. L’intrigue amoureuse est standard mais c’est surtout le décor : une centrale nucléaire, où travaillent les personnages qui est marquant.
On découvre un univers où il faut calculer quotidiennement sa ‘dose’ de radioactivité reçue, où l’on risque sa vie si l’exposition est trop prolongée, ce qui survient parfois lors d’accident.
Olivier Gourmet est un chef d’équipe attachant. Sa manière de s’exprimer fait homme de la campagne (comme dans En Mai Fais ce qu’il te plait) alors que les autres personnages sont tous des citadins.
Certes il y a de la vie, de la solidarité, mais on comprend bien que les travailleurs du nucléaire ne sont pas là par plaisir, mais par besoin d’argent, et que les jeunes recrues sont conditionnées pour faire le boulot correctement.
Un film qui donne envie de passer aux énergies propres.