Accords et désaccords

Un film bien mené. Woody Allen réussit à nous faire apprécier le jazz, et nous amène à certaines réflexions sur la vie d’artiste, en nous décrivant la vie décalée d’un joueur de jazz imaginaire, génial mais obsédé par le Maitre Django.
Egocentrie, Mysoginie (légère) ou encore problèmes d’argent sont au menu de ce film.
Seul Bemol pour les amateurs de guitare : les gros plans révèlent que ce n’est pas Sean Penn qui joue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s