Les morts ont tous la même peau de Boris Vian

Critique sociale sous forme de roman.

Un videur de boite de nuit évolue dans un univers violent et érotique.

Il est blanc de peau mais n’assume par le « quart de sang noir » qui coule dans ses veines.
Lorsque son frère apparait et le menace de révéler ses origines à son entourage, il devient fou.

Une charge contre le racisme lattant de nos sociétés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s