L’amour en fuite

En 1979, 9 ans après Domicile Conjugal, on retrouve un Antoine Doinel un peu vieilli et fraîchement divorcé, qui a une relation avec la jeune Dorothée. Il songe souvent à son passé (des scènes entières des précédents films de Truffaut sont reprises) mais son avenir reste à écrire.
Un film avec bande son d’Alain Souchon, qui clôt la saga entamé 11 ans plus tôt.
Citation : « Je savais, en le tournant, que je faisais une connerie. »
– François Truffaut, Cahiers du cinéma, septembre 1980

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s