Le vent se leve

miyazaki deprimeUn Miyazaki très triste.
Comme toujours, les personnages sont dotés de belles valeurs individuelles (respect des aînés, modestie, acte de générosité désintéresse, secours de son prochain) mais le contexte historique est très noir : c’est la seconde guerre mondiale, et un japonnais passionné par l’aviation depuis sa plus tendre enfance va grandir avec son époque et dans des conditions sur lesquelles il n’a pas vraiment d’emprise. Il sent bien que les choses s’empirent (doù le titre « le vente se lève« ) mais doit faire avec : « .. il faut tenter de vivre« .
On retrouve le milieu de l’aviation, cher à Miyazaki, et un personnage principal gros fumeur (comme dans Porco Rosso)
On parle aussi des vocations (ici ingénieur) qui proviennent tout droit de l’enfance.
Le concept du « On a que 10 ans pour faire des choses est assez défaitiste » et à mon avis c’est faux.
Un film d’animation qui manque d’optimisme.

PS: L’illustration est extraite de cette planche de Boulet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s