Under the skin

under the skinUn film déroutant. Scarlett est une extra terrestre captivante, qui cible des proies humaines males, mais contrairement à La Mutante, ce n’est pas pour se reproduire, mais pour les faire se plonger dans un liquide visqueux. Points d’interrogation sur le pourquoi, le pour qui, le comment.
Dans une deuxième partie, elle a une prise de conscience, des envies d’ailleurs. Elle quitte son job subitement, un abandon de poste sans préavis, et on imagine que ca énerve un peu ceux qui comptait sur elle.
Le temps d’une etincelle, elle se prend pour une humaine, mais la réalité la rattrape.
Pour le final, le prédateur devient proie, et rappelant qu’il vaut mieux éviter de se balader seule dans une forêt quand tu as le corps de Scarlett.
On retiendra l’esthétique, avec des corps nus, non photoshopés, et des plans sur la nature écossaise, la mer, la forêt.
On bascule entre empathie pour l’humanité (l’enfant qui pleure, l’homme aspiré dans le bain visqueux, le défiguré qui croit etre dans un reve), et dégoût (scène d’agression).
Le film reste tres flou sur beaucoup de question, c’est un peu frustrant, mais il permet de prendre un peu de recul sur la condition humaine.
Intriguant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s