Palace Beach Hotel

palace-beach-hotelDes soldats français de retours d’Afghanistan en escale pour quelques jours dans un hôtel à Chypre. Les personnages sont caricaturaux, avec le duo du méchant soldat maltraitant son camarade suicidaire, les personnages féminin sont toutes jeunes et jolie, le haut gradé est sympathique et respecté.. Sur fond d’enquête sur un événement traumatique, c’est la loi du silence qu’on découvre, une loi qui arrange bien les gradés qui ne veulent surtout pas faire de vague.
Dans le scénario, on a de l’amour, de la trahison, de la violence, du mensonge.. ça part dans tous les sens et le rendu final est tout de même assez grossier quand on compare au film danois A War qui était plus réaliste psychologiquement. C’est dommage.

Tout de suite, maintenant

tout-de-suite-maintenantUn film français avec une intrigue mêlant histoire de famille, histoire d’amour, et conflits d’intérêt dans la haute finance. Le casting donne le premier rôle à Agathe Bonitzer, fille du réalisateur, pourquoi pas, mais dont les postures sont souvent trop passives (une voix frêle, elle baisse les yeux) pour une jeune femme qui est décrite comme prête à tous les coups bas pour gravir les échelons de son entreprise. Lambert Wilson est très bon en dirigeant hautain et manipulateur, Vincent Lacoste en jeune issu de la classe populaire aussi, bien qu’il colle davantage aux personnages de baba-cool comme dans Hippocrate, mais au niveau du scénario, ça manque de crédibilité.
On ne comprend pas vraiment que cette jeune femme pourtant futée ne cherche pas à en savoir davantage à propos du passé de son père. Elle constate rapidement qu’il y a un secret autour d’elle, mais elle n’entreprend aucune demarche auprès de son père pour en savoir plus..
On a beau être douée et ambitieuse, il est compliqué de gravir les échelons aussi rapidement, haute finance ou pas, avec ou sans coups bas.
Quant au titre, c’est la caricature du titre de film français : imagé, mais sans relation directe avec l’histoire en elle-même.
Un peu déçu donc, car le milieu de la haute finance m’intéresse, et avec ce casting il y avait du potentiel.

 

La Conquête

conquete-sarkozyCe film revient sur les années 2002 – 2007, durant lesquels Nicolas Sarkozy -interprété par Denis Podalydès- a gravi les échelons politiques pour parvenir au sommet et devenir Président de la République.
Denis Podalydès s’en sort bien. Bernard Le Coq -dans le rôle de Jacques Chirac- aussi. Mais pour les autres protagonistes de l’histoire, on voit d’avantage les acteurs faisant des imitations que les personnages à l’action.
Les dialogues semblent trop directs pour être crédibles, et finalement Sarkozy -que je ne tiens pas particulièrement dans mon cœur- s’en sort avec la tête haute, surclassant ‘naturellement’ ses compétiteurs.
Bof donc. Mieux que cette biographie sélective, intéressez-vous au documentaire Le President et le Dictateur, ou au reportage d’Envoyé Spécial sur l’affaire Bygmalion (dispo sur youtube) qui nous donne à voir un autre aspect du personnage.

 

 

 

The Lobster

colin-farrell-the-lobsterThe Lobster est  un film absurde.
Dans une réalité parallèle, être célibataire est interdit. La police demande les papiers des gens qui se promènent seuls pour vérifier qu’ils sont en couple, et lorsque c’est le cas, ils sont envoyés dans une institution qui leur laisse 45 jours pour trouver l’âme sœur, un délai au bout duquel ils sont transformés en animaux.
Mais la rébellion s’organise dans la forêt, où les célibataires vivent à l’écart, mais là aussi les règles de vie en communauté sont assez strictes..
L’histoire est farfelue, on décroche facilement, mais on réfléchit sur cette norme sociale du célibat et on s’amuse des nombreux clin d’oeil : la danse sur de la musique électronique chacun dans son coin, les parents pour qui on s’invite une vie, le centre d’intérêt qu’on cherche chez son partenaire, l’enfant qui est là pour atténuer les conflits, les personnages des deux meilleures amies, de la femme insensible, les codes de communication cachés en public, la jalousie qui rend agressif, l’amour qui rend aveugle..

Gadjo, un prince chez les manouches

Gadjo Louis de Gouyon MatignonReportage de 53min sur Louis de Gouyon Matignon, un jeune étudiant en 3è année d’étude de droit, qui défend les gens du voyages et les roms. Depuis tout petit, il s’est interessé à cette communauté graçe à la musique manouche. Et aujourd’hui il mène plusieurs projets, avec l’ecriture de son premier livre, et la création de son premier parti politique.
Dans le reportage, sa vie s’alterne entre le 16e arrondissement, un milieu dans lequel faire du covoiturage pour gagner 10€ est « sévère », et le milieu forain où il entretien des relations d’amitié qui lui sont chères.
Dans l’ensemble, ce jeune homme parait sincère, mais ce grand écart social laisse beaucoup de gens perplexes, dans la haute société comme chez les forains. Sa reconnaissance, il ne l’obtiendra qu’avec le temps, à condition qu’il persévère…

Des hommes et des dieux

des hommes et des dieuxFilm historique sur l’assassinat de 7 moines catholiques en Algérie en 1996. Leur communauté était très appréciée des villageois des environs, car ils vivaient humblement, rendaient des services à la population, qu’ils soignaient et à qui ils fournissaient des médicaments.
La casting est riche (Lambert Wilson, Michael Lonsdale, Olivier Rabourdin, ..), l’histoire mérite d’être connue, et on est amené à réfléchir sur la foi et la vocation de moine, mais le film est long et déprimant.
Pendant 2h, on voit ces moines attendre leur dernière heure sans ne rien faire, si ce n’est prier et accepter leur sort.. ça semble bien passif, et même si ces individus vertueux étaient conscients des risques, on regrette qu’ils n’aient rien fait de concret pour éviter cette issue tragique.
Quant aux véritables commanditaires de leur assassinat, 5 minutes de lecture de la page wikipédia Assassinat des moines de Tibhirine nous en apprend plus que ces 2 heures de film.
Touchant, mais à éviter.