Les chevaux de dieu

les chevaux de dieuMai 2013. Plusieurs hommes armés de ceintures d’explosif se font sauter dans la foule à Casablanca (wiki).
Ce film, adapté d’un roman de Mahi Binebine, raconte l’histoire de frêres impliqué dans ces attentats en donnant un éclairage sur leur parcours.
Leur univers : le bidonville de Casablanca, la misère, la violence quotidienne. Le plus débrouillard des deux s’est orientée vers l’illégalité, au point de devenir un voyou, de passer par la case prison, où il se radicalisera.
L’autre est un suiveur. Pas méchant, il subbit la loi du fort qui règne dans le quartier. Il rêve de devenir gardien de foot, et il est amoureux d’une voisine qui lui reste inaccessible par qu’il n’a pas les moyens. Lorsque son frêre va en prison, il s’occupe de sa famille, de son père ayant un probable alzheimer, de son frêre autiste, de sa mère dépassée qui ne cache pas sa préférence pour son ainé. Mais de cette expérience, il retiendra une volonté de ne plus être mis à l’éccart.
Ce film soulève la question de la radicalisation. Ces jeunes ne sont vraisemblablement jamais sortis de leur quartier, personne ne leur a jamais tendu la main, sauf cet imam qui a su trouver le bon angle (un discours basé sur la solidarité contre l’injustice) pour manipuler des esprits maléables.

Ici on ne voit pas de méchants terroristes face à des gentils américains, mais des individus qui en sont arrivés à un point où ils n’ont plus rien à perdre.
L’angle d’approche est l’angle individuel, psychologique, et ça fait du bien de voir un film intélligent, malgré peut-etre quelques caricatures, qu’on pardonnera.

Publicités

Live in Deauville

paul guichard - EPT deauville documentaireEuropean Poker Tour de Deauville, 2013. On suit quatre joueurs. Paul Guichard a fini second l’année précedente. Il est là pour renouveller l’exploit. Sa personnalité est à part. Sensible, sourriant, il donne l’impression d’être dans son monde, mais il joue offensif et ne fait pas de cadeau à une table de poker. Céline Bastian n’est pas dupe sur les raisons de son contrat avec pokerstars (qui a duré de 2011 à 2015), elle qui a peu de résultats mais qui est plutot jolie, et assez populaire (elle s’est fait connaitre en participant à une emission de télé-réalité). Ilan Boujenah essuit quelques mauvaises rencontres, et se plaint d’un acharnement du sort contre lui. C’est classique. Quand à Julien Brécard, il est très concentré sur son mental, son calme, mais il lui manque sans doute un peu d’agressivité pour monter un stack et ne pas tout jouer sur un coin-flip.
Une belle promo -réalisée par le fameux Tapis Volant- de ce tournoi, au plus pres des joueurs.
On le regarde aujourd’hui avec un petit pincement au coeur puisque le dernier EPT Deauville a eu lieu en 2015.

Un docu disponible sur dailymotion : http://www.dailymotion.com/video/xz3pzy_live-in-deauville-le-film_sport

Le génie des lieux : ENS – L’école de l’engagement à Paris

ENS - Marc crepon Reporte Arte sur l’Ecole Normale Supérieure, cet etablissement d’exception, accessible sur concours, une école d’excellence par laquelle son passé bon nombres des meilleurs enseignants et chercheurs français.
La liste des personnalités ayant frequenté cet établissement est impressionnante : Louis Pasteur, Henri Bergson, Jean-Paul Sartre, Pierre Bourdieu, Vladimir Jankélévitch, Simone Weil, Henri Maldiney, Jacques Merleau-Ponty, Michel Foucault, Alain Badiou, Jean-Luc Marion, Claude Romano, Raphaël Enthoven, Adèle Van Reeth, Raymond Aron, André Glucksmann, Gérard Miller, Alain Finkielkraut, Nicolas Demorand, Cédric Villani, Joseph Fourier, Évariste Galois, Étienne Ghys, Thomas Piketty..
Le documentaire évoque l’emulation intellectuelle entre les élèves, en prenant les exemples de Sartre et Aron, et en évoquant la communauté « Bourbaki » qui a révolutionné les maths modernes.
Il est aussi question d’engagement dans la société civile, plutôt de gauche, avec des étudiants qui viennent en aide à des réfugiés, des professeurs ayant leur carte au parti communiste (très populaire en France vers 1950), et mais évidement il y a aussi des contre-exemple, plus récents, comme Laurent Wauquiez.
On retiendra ce sujet du concours d’entrée 2015, qui tient en un mot : « Expliquer ».
Ca correspond bien à l’école, et aux disciplines comme la philosophie et les mathématiques, dont le but est de dérouler le monde.
Définitivement, une école qui donne envie de reprendre ses études !

Hannah Arendt

hannah-arendt-proces-eichmann En Avril 1961 débute le procès du chef nazi Adolf Eichmann à Jérusalem. Hannah Arendt, philosophe allemande juive émigrée aux Etats-Unis en 1941, est envoyée sur place pour couvrir l’évenement.
Elle y élaborera son concept de « banalité du mal », estimant que Eichmann n’était pas « mauvais » par essence mais qu’il a fait son simple devoir de fonctionnaire, formaté par le système et la mentalité allemande de l’époque.
Cette théorique ouvrit une polémique, car beaucoup ont vu en Eichmann un menteur, profondement antisémite. A l’époque, il fallait surtout un bouc émissaire, et la théorie de Hannah Arendt le déculpabilisait un peu. De plus elle évoqua la responsabilité des JudenRat dans les déportations, ce dont personne ne voulait entendre parler.
Le film est intéressant pour les images d’archive, et on ressent bien que cette femme a dû lutter pour défendre ses idées face à la pression publique, la pression des médias, la pression de ses supérieures à l’université, la pression de ses amis. Les quelques flashback et la romance avec son ancien professeur Martin Heidegger fait par contre un peu niais.
En complément sur ce sujet, je conseille de voir le reportage « Hannah Arendt, Du devoir de la désobéissance civile ». On y voit des interviews de la « vraie » Hannah Arendt dont les propos sur le lavage de cerveux des régimes totalitaires sont malheureusement on ne peut plus d’actualité.

Tous les gouvernements mentent

trump-menteurDocumentaire sur la tendance inévitable au mensonge de la classe politique.
Ces mensonges sont relayés par les médias généralistes, détenus par de grands groupes industriels, qui ne soucient guerre de la vérité. Seuls les journalistes indépendants, qui n’ont aucune pression financière de leurs actionnaires ou de l’audimat, font aujourd’hui office de contre pouvoir.

Comme l’affirmait « Izzy » Stone (1907-1989), un grand journaliste impliqué notament contre la guerre du Vietnam :

Le journalisme, c’est écrire la vérité, défendre les faibles contre les puissants, se battre pour la justice, offrir une perspective d’espoir face aux haines et aux terribles craintes de l’humanité, dans le but de créer un jour un monde où les hommes apprécieront les différences au sein de l’espèce humaine au lieu de s’entretuer en leur nom.

Platoon

platoon-sergent-eliasFilm de reference sur la guerre du vietnam. Réalisé par Oliver Stone,  sorti en 1985. Le jeune Charlie Sheen est debarqué au vietnam avec une poignée de jeunes recrues. Premieres images, l’avion qui vient de le déposer va charger les corps de soldats morts au combat avant de redecoler. Au fil des jours, ce jeune va s’endurcir face aux conditions de vie rudes dans la jungle, la peur de la rencontre avec l’ennemi, les camarades qui tombent. On voit aussi les injustices (meutres, viols) commis par les soldats américains, qui le mettent face a ses responsabilités d’homme.
Là bas, il n’y a pas de lois. On peut régler ses comptes soi-même, les âmes sensibles deviennent des assassins, et il n’est pas honteux d’être lâche si cela permet de survivre.
Un très bon film, a montrer a tous les gens qui ont des velléités belliqueuses et aux jeunes qui désirent s’engager dans l’armée sans avoir concience de ce que c’est vraiment, la guerre.