Happiness

happiness soldes sourisCourt metrage « philosophique » de Steve Cutts  dans lequel une souris court après le bonheur. Entre l’heure de pointe dans le métro, les bouchons, l’agressivité des gens au moment des soldes, les antidépresseurs, la poursuite du bonheur apparait comme une course sans fin. Mais si le monde est si noir, peut-etre est-ce une erreur de chercher le bonheur dans qque chose à posséder, dans un objectif à atteindre. Peut etre faudrait-il plutôt le chercher à l’interieur de soi ?

Des graphismes simples mais efficaces, une bande son (Carmen de Bizet) adapté… A voir sur youtube :

Publicités

IN-SHADOW: A Modern Odyssey

Court métrage sans dialogues, ni voix off. Un enchainement de scènes nous presente une vision bien noire du monde, qu’on pourrait resumé avec ce clivage entre deux catégories d’individus : la masse et le pouvoir. La masse est manipulée, profondément malheureuse, met s’applique à garder la face en ornant un faux sourire en société. Le pouvoir quand à lui est dans les mains de cyniques, sans empathie, qui s’amusent de jouer avec les gens qui sont pour eux des marionnettes.
Plusieurs images sont marquantes : notamment celle des masques blancs avec le sourrire exagéré, ou celle des hommes recroquevillés dans des boites transparentes avec un portable dans la main..
Un mot sur l’école, presentée ici comme un enfer. Je ne suis pas d’accord avec cette idée d’une usine a conditionner les cerveaux, et au contraire : la plupart des profs cherchent avant tout à transmettre une connaissance, à eveiller le sens critique des jeunes, pour leur apprendre à penser par eux même.
Néanmoins cette representation du monde, aussi caricaturale et négative soit elle, permet de prendre du recul. De plus, visuellement c’est assez réussi.

disponible sur viméo : https://vimeo.com/242569435

 

The Incredible Jessica James

the incredible jessica jamesSe remettre d’une rupture. Pas évident de tourner la page, a moins de se remettre en selle en repartant sur une histoire légère, avec une personne entiere, honnête, franche, bienveillante et bien dans sa peau (du moins jusqu’a preuve du contraire).
2 acteurs de séries appréciées (Jessica Williams de True Blood et Chris O’Dowd, de IT Crowd) vivant un début de romance urbaine contemporaine, loin des mirages et des paillettes a la Disney, pour un choix, à mon avis, plus réaliste sans les grandes promesses qui font souvent office de mirages.
Un film produit par Netflix, divertissant.

Je vais bien, ne t’en fais pas

melanie-va-bienBonne surprise que ce film à la française, réalisé avec peu de moyens, mais touchant.
Dommage que la première partie du film soit totalement déprimante (dans l’intérêt du scénario).
Kad Merad, que l’on est habitué à voir dans des comédies, le très bon Julien Boisselier, et la révélation Mélanie Laurent nous servent des personnages crédibles.
Le scénario reste un peu gros, mais ce film est incontestablement touchant.

Hannah Arendt

hannah-arendt-proces-eichmann En Avril 1961 débute le procès du chef nazi Adolf Eichmann à Jérusalem. Hannah Arendt, philosophe allemande juive émigrée aux Etats-Unis en 1941, est envoyée sur place pour couvrir l’évenement.
Elle y élaborera son concept de « banalité du mal », estimant que Eichmann n’était pas « mauvais » par essence mais qu’il a fait son simple devoir de fonctionnaire, formaté par le système et la mentalité allemande de l’époque.
Cette théorique ouvrit une polémique, car beaucoup ont vu en Eichmann un menteur, profondement antisémite. A l’époque, il fallait surtout un bouc émissaire, et la théorie de Hannah Arendt le déculpabilisait un peu. De plus elle évoqua la responsabilité des JudenRat dans les déportations, ce dont personne ne voulait entendre parler.
Le film est intéressant pour les images d’archive, et on ressent bien que cette femme a dû lutter pour défendre ses idées face à la pression publique, la pression des médias, la pression de ses supérieures à l’université, la pression de ses amis. Les quelques flashback et la romance avec son ancien professeur Martin Heidegger fait par contre un peu niais.
En complément sur ce sujet, je conseille de voir le reportage « Hannah Arendt, Du devoir de la désobéissance civile ». On y voit des interviews de la « vraie » Hannah Arendt dont les propos sur le lavage de cerveux des régimes totalitaires sont malheureusement on ne peut plus d’actualité.

Lanceur d’alerte

lanceur-dalerte-les-parasitesCourt métrage (24 min) disponible sur youtube.
Un jeune adulte tombe par hasard sur un secret d’affaire compromettant : Une entreprise est de mèche avec l’état français pour s’accaparer une partie des ressources d’un pays avec lequel l’état va rentrer en guerre.
Il fait alors le choix de communiquer ce secret au public.
Ne trouvant de soutien ni chez les journalistes, ni chez wikileaks, il va devoir se débrouiller seul pour faire éclater cette information au grand jour, en échappant à un homme armé qui est à ces trousses.
Une fiction qui fait assez amateur dans l’ensemble, mais bien rythmé, et dont la cause est noble : nous faire prendre conscience qu’en France, aucune législation ne protège à ce jour les lanceurs d’alerte.

Sans assurer pleinement le droit à l’information du public, il ne peut y avoir de vraie démocratie

A tous ceux qui révèlent les vérités qui dérangent, risquant leur carrière, leur liberté, voire leur vie..