9

L’idée de départ est bien trouvée : de petites créatures, issues du dernier souffle d’un scientifique, se retrouvent livrées à elles même.
L’image est soignée mais le scénario est un peu plat.
Plus on avance dans le film, plus on est déçu.
Et on finit en apothéose sur une scène mystique où les âmes des poupées se réunissent pour s’envoler les unes après les autres.
Pas très convaincant.

Publicités

Kenny Powers – Eastbound & Down

Kenny Powers est l’archétype de l’américain que nous -europééns- détestons : il est grossier, parle fort, et rabaisse les gens autour de lui à longueur de journée : seule sa personne lui importe.

Avec cette attitude, il se retrouve souvent dans des situations pathétiques.

Par pitié ou « admiration » d’un personnage si entier, on en vient tout de même à s’attacher à lui.

Une série qui ne fait pas dans la finesse, mais qui passe très bien.

Hot Rod

Un cascadeur ridicule, épaulé par une équipe de bras cassé.
Cette bande de potes fait dans l’absurde et pas qu’à moitié.
La succession de Will Ferell (producteur) est assurée..
Présence notée de Danny McBride à qui on donnera 2 ans plus tard le rôle du fameux Kenny Powers de la série Eastbound & Down.

Robin des Bois, prince des voleurs

Un classique de mon enfance, puisque ce film est l’un des premiers que je me souviens avoir vu au cinéma.

A l’affiche : Kevin Costner, le maître de la flèche, et Morgan Freeman qui maniait un sabre très courbé.

Construire des cabanes dans la forêt, se fabriquer des armes et monter des guet-apens pour récupérer l’argent volé aux paysans, sans oublier de séduire la belle Marianne, tout un programme..

L’ayant revu récemment, je regrette cependant l’exagération des « méchants » du film : le shérif semble plus débile que machiavélique et la sorcière avec sa bave de crapaud apporte un coté mystique qui font perdre de la crédibilité à l’histoire.

De bons souvenirs tout même.

Star Trek

Une bonne surprise finalement.

Ayant une image assez vieillotte de la série, je m’attendais au pire.

Finalement on passe un bon moment à voyager dans les étoiles et dans le temps.

J’ai bien aimé retrouver Zachary Quinto (de Heroes) aussi, ça aide.

Heroes

Une de ces séries où on accroche très facilement.

La saison 1 est pleine de découvertes, avec des super-pouvoirs plus ou moins utiles..

Après une saison 2 écourtée pour cause de grève des scénaristes, on a un peu de mal à suivre..

J’ai surtout eu du mal à gober cette inversion des rôles avec le grand méchant Sylar (Zachary Quinto) qui devient subitement gentil..

Les amateurs de super-pouvoirs apprécieront néanmoins..