Next

Nicolas Cage, Julianne Moore, pouquoi pas. Avec Jessica Biel pour le coté sexy, le casting était pourtant prometteur.

Les 15 premières minutes sont bien rythmées et amusantes, grâce au concept innovant du « don de voyance à court terme ».

Passé cette surprise initiale, on commence à s’ennuyer, sans doute à cause des personnages sans intérêts.

A éviter.

Publicités

Le Joueur de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

Roman.
Un jeune russe est amoureux d’une fille qui l’ignore.

De plus en plus passionné par la roulette, il jouera d’abord pour l’étonner, puis deviendra assez vite addict ..

 

Une critique plus complète sur mon Blog de Poker

 

Choke de Chuck Palahniuk

Sexoolique travaillant dans un « musée vivant », Victor fait semblant de s’étouffer pour ensuite arnaquer ses sauveurs.

Sa mère mourante, il tache d’obtenir des réponses sur ses origines..
Ne pas se fier à la couverture qui pourrait presque faire passer ce livre pour une oeuvre pieuse..

L’auteur de Fight Club a indéniablement un esprit très fertile.

The Social Network

Film inspiré de la vie de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook

David Fincher (Seven, The Game, Fight Club,.. ) a fait appel a Jesse Eisenberg, un jeune acteur prometteur pour le rôle principal. Pour parler du film, il a donné un rôle à Justin Timberlake, qui est toujours aussi populaire et donc qui est toujours volontiers invité sur les plateaux TV.

Alors Zuckerberg est présenté comme un génie de l’informatique,  travailleur et donc très méritant.

Mais il y a des parts d’ombre :

1- même si c’est Zuckerberg qui a développé les bases du site facebook,  il aurait volé le concept à des étudiants d’Harvard ? En tout cas, ils ne se sont pas fait prier pour réclamer leur part du gateau.

2- Zuckerberg aurait trahi son associé / camarade de classe en s’associant avec l’expérimenté fondateur de Napster. Un sacré coup de pute qui a néanmoins permis à Facebook d’atteindre sa dimension actuelle ..

3- malgré ses milliards, Zuckerberg serait en fait un cœur tendre, malheureux d’avoir un jour été rejeté par son amour de jeunesse. (Laissez-moi rire..)

Bref, chacun repartira avec sa propre opinion sur Zuckerberg, mais on en aura au moins appris un peu plus sur les origines de Facebook.

Twilight – Chap 1 : fascination

Adaptation du 1er tome de la saga à succès de Stéphanie Meyer. C’est la rencontre et le début d’une histoire d’amour entre une ado et un vampire. Une relation torturée, car le vampire doit se contrôler pour ne pas croquer cette jeune fille qui lui fait aveuglement confiance. Une histoire de vampire classique en somme.
J’ai trouvé ce coté romantique plutôt puéril, et même lassant pour être honnête. Ça m’a fait penser à la série « Buffy » (même si c’est moins clownesque quand même). Malgré ce scénario ciblé ados, les acteurs sont crédibles, certains personnages intrigants (un chef de famille vampire qui est docteur ?) et les effets spéciaux réussis.
Je jetterai donc un coup d’œil aux prochains épisodes..

Ecole Paternelle

Un film familial. Pas de réelles nouveautés avec Eddie Murphy dans un rôle « habituel » bien que, contrairement à Docteur Dolittle, il est entouré d’enfants et pas d’animaux cette fois.
Le scénario est très classique, sans surprises.
Du comique de situation grossier agrémenté de quelques grimaces d’Eddie qui comme toujours prend son pied dans ce style de comédie .
Moi par contre, ce n’est pas ma tasse de thé.
On évitera à tout prix le « Ecole Paternelle 2 ».. (et oui, ils ont osé..)