The Social Network

Film inspiré de la vie de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook

David Fincher (Seven, The Game, Fight Club,.. ) a fait appel a Jesse Eisenberg, un jeune acteur prometteur pour le rôle principal. Pour parler du film, il a donné un rôle à Justin Timberlake, qui est toujours aussi populaire et donc qui est toujours volontiers invité sur les plateaux TV.

Alors Zuckerberg est présenté comme un génie de l’informatique,  travailleur et donc très méritant.

Mais il y a des parts d’ombre :

1- même si c’est Zuckerberg qui a développé les bases du site facebook,  il aurait volé le concept à des étudiants d’Harvard ? En tout cas, ils ne se sont pas fait prier pour réclamer leur part du gateau.

2- Zuckerberg aurait trahi son associé / camarade de classe en s’associant avec l’expérimenté fondateur de Napster. Un sacré coup de pute qui a néanmoins permis à Facebook d’atteindre sa dimension actuelle ..

3- malgré ses milliards, Zuckerberg serait en fait un cœur tendre, malheureux d’avoir un jour été rejeté par son amour de jeunesse. (Laissez-moi rire..)

Bref, chacun repartira avec sa propre opinion sur Zuckerberg, mais on en aura au moins appris un peu plus sur les origines de Facebook.

Publicités

Twilight – Chap 1 : fascination

Adaptation du 1er tome de la saga à succès de Stéphanie Meyer. C’est la rencontre et le début d’une histoire d’amour entre une ado et un vampire. Une relation torturée, car le vampire doit se contrôler pour ne pas croquer cette jeune fille qui lui fait aveuglement confiance. Une histoire de vampire classique en somme.
J’ai trouvé ce coté romantique plutôt puéril, et même lassant pour être honnête. Ça m’a fait penser à la série « Buffy » (même si c’est moins clownesque quand même). Malgré ce scénario ciblé ados, les acteurs sont crédibles, certains personnages intrigants (un chef de famille vampire qui est docteur ?) et les effets spéciaux réussis.
Je jetterai donc un coup d’œil aux prochains épisodes..

Ecole Paternelle

Un film familial. Pas de réelles nouveautés avec Eddie Murphy dans un rôle « habituel » bien que, contrairement à Docteur Dolittle, il est entouré d’enfants et pas d’animaux cette fois.
Le scénario est très classique, sans surprises.
Du comique de situation grossier agrémenté de quelques grimaces d’Eddie qui comme toujours prend son pied dans ce style de comédie .
Moi par contre, ce n’est pas ma tasse de thé.
On évitera à tout prix le « Ecole Paternelle 2 ».. (et oui, ils ont osé..)

Broken Flowers

Bill Muray au top pour ce rôle de cinquantenaire oisif, pas idiot mais un peu paumé.

Le film est basé sur une intrigue non résolue à la fin du film.

Qui lui a envoyé cette lettre ? Personnellement, je pencherai pour sa première ex (Sharon Stone) avec qui il aurait eu une fille et non un fils. Au delà des suppositions, l’intérêt réside surtout dans le personnage principal et ses incertitudes : comme il l’explique, il ne peut s’accrocher qu’au présent (Sur son passé planne le doute, et pour construire son avenir, il lui faut retrouver un fils, si il existe).

Un film original, un peu lent, mais qui laisse le temps de cogiter.

Ridicule

Ridicule est un film qui est loin de l’être. Il montre la cour du roi comme une place où seuls les nobles ayant de la répartie peuvent accéder.

C’est le jeu auquel s’adonne un jeune bourgeois qui souhaite obtenir un financement pour améliorer la vie des habitants de son bourg.

Au bas de l’echelle

au-bas-de-l-echellePetit téléfilm dans l’air du temps.

Vincent Elbaz va hériter d’une usine en difficulté. Poussé par son père, il va y travailler quelques mois à la chaine, anonymement. Il tombe alors amoureux d’une employée, la jolie Helena Noguerra..

Un téléfilm gentillet, surfant sur le thème actuel du licenciement économique, et reprenant même la mise à nu d’ouvriers (comme ceux de l’usine Chaffoteaux et Maury).

Le danger néanmoins avec ce genre de téléfilm est de normaliser et discréditer les actions menées par ceux qui -dans la réalité- sont victimes des délocalisations.