Minuit dans le jardin du bien et du mal

Minuit dans le jardin du bien et du malUn bon Kevin Spacey comme d’habitude mais une histoire lente a se mettre en place, avec beaucoup d’éléments superflus. Les personnages homos ou bisexuels sont surjoués. L’hetero quand a lui seduit la belle blonde sans trop d’effort. L’intérêt se concentre dans un coup de théâtre lors du procès (preuve autour de la légitime défense). Quant a la partie vaudou, c’est tellement ridicule quand ca en est risible. Décevant de la part de Clint Eastwood.

Publicités

The Incredible Jessica James

the incredible jessica jamesSe remettre d’une rupture. Pas évident de tourner la page, a moins de se remettre en selle en repartant sur une histoire légère, avec une personne entiere, honnête, franche, bienveillante et bien dans sa peau (du moins jusqu’a preuve du contraire).
2 acteurs de séries appréciées (Jessica Williams de True Blood et Chris O’Dowd, de IT Crowd) vivant un début de romance urbaine contemporaine, loin des mirages et des paillettes a la Disney, pour un choix, à mon avis, plus réaliste sans les grandes promesses qui font souvent office de mirages.
Un film produit par Netflix, divertissant.

Under the skin

under the skinUn film déroutant. Scarlett est une extra terrestre captivante, qui cible des proies humaines males, mais contrairement à La Mutante, ce n’est pas pour se reproduire, mais pour les faire se plonger dans un liquide visqueux. Points d’interrogation sur le pourquoi, le pour qui, le comment.
Dans une deuxième partie, elle a une prise de conscience, des envies d’ailleurs. Elle quitte son job subitement, un abandon de poste sans préavis, et on imagine que ca énerve un peu ceux qui comptait sur elle.
Le temps d’une etincelle, elle se prend pour une humaine, mais la réalité la rattrape.
Pour le final, le prédateur devient proie, et rappelant qu’il vaut mieux éviter de se balader seule dans une forêt quand tu as le corps de Scarlett.
On retiendra l’esthétique, avec des corps nus, non photoshopés, et des plans sur la nature écossaise, la mer, la forêt.
On bascule entre empathie pour l’humanité (l’enfant qui pleure, l’homme aspiré dans le bain visqueux, le défiguré qui croit etre dans un reve), et dégoût (scène d’agression).
Le film reste tres flou sur beaucoup de question, c’est un peu frustrant, mais il permet de prendre un peu de recul sur la condition humaine.
Intriguant.

Live in Deauville

paul guichard - EPT deauville documentaireEuropean Poker Tour de Deauville, 2013. On suit quatre joueurs. Paul Guichard a fini second l’année précedente. Il est là pour renouveller l’exploit. Sa personnalité est à part. Sensible, sourriant, il donne l’impression d’être dans son monde, mais il joue offensif et ne fait pas de cadeau à une table de poker. Céline Bastian n’est pas dupe sur les raisons de son contrat avec pokerstars (qui a duré de 2011 à 2015), elle qui a peu de résultats mais qui est plutot jolie, et assez populaire (elle s’est fait connaitre en participant à une emission de télé-réalité). Ilan Boujenah essuit quelques mauvaises rencontres, et se plaint d’un acharnement du sort contre lui. C’est classique. Quand à Julien Brécard, il est très concentré sur son mental, son calme, mais il lui manque sans doute un peu d’agressivité pour monter un stack et ne pas tout jouer sur un coin-flip.
Une belle promo -réalisée par le fameux Tapis Volant- de ce tournoi, au plus pres des joueurs.
On le regarde aujourd’hui avec un petit pincement au coeur puisque le dernier EPT Deauville a eu lieu en 2015.

Un docu disponible sur dailymotion : http://www.dailymotion.com/video/xz3pzy_live-in-deauville-le-film_sport

Alien : Covenant

alien covenantOn sait à quoi s’attendre, et pourtant, comme d’habitude, ca marche. Michael Fassbender est parfait, les scènes dans l’espace sont très bien faites, l’implication grandissante de l’IA dans l’histoire n’est pas pour me déplaire. Bravo Ridley Scott.

OJ Simpson – made in america

oj simpson gantTableau complet sur OJ Simpson. Sa carrière de footballeur, le racisme et la brutalité policière aux états unis dans les années 1990, les disputes avec sa femme, le meurtre, et les différents procès.. jusqu’à sa condamnation..
Ce type est charmeur, charismatique, c’est un combattant, qui ne lâche pas prise.
Par contre, il n’est pas très réfléchi. Il agit à l’instinct, sans penser aux preuves qu’il laisse derrière lui, et dont la culpabilité saute aux yeux. De plus, il s’est fait roulé par des individus peu fiables qu’il a fait rentrer dans son cercle d’amis. Ce dernier méfait à Vegas -qui lui a valut sa condamnation- a tout d’un piège monté par un sale type qui a enregistré la scène à son issu dans le but de se faire de l’argent.
Le documentaire est un peu long (5 x1h30) mais éclaire beaucoup sur l’affaire OJ Simpson et le personnage.