Je vais bien, ne t’en fais pas

melanie-va-bienBonne surprise que ce film à la française, réalisé avec peu de moyens, mais touchant.
Dommage que la première partie du film soit totalement déprimante (dans l’intérêt du scénario).
Kad Merad, que l’on est habitué à voir dans des comédies, le très bon Julien Boisselier, et la révélation Mélanie Laurent nous servent des personnages crédibles.
Le scénario reste un peu gros, mais ce film est incontestablement touchant.

Sous tes doigts

sous-tes-doigts-animationCourt métrage d’animation.
Une jeune fille citadine retrace l’histoire de sa grand mère, vietnamienne, venue en France suite à la guerre d’Indochine, et hébergée dans le camp de Sainte Livrade dans le lot.
Les effets de fumée montrent bien la colère d’une jeunesse de quartier au style hip hop, qu’on compare/relie à la vie difficile d’une jeune fille 60 ans plus tôt, mère célibataire qui a quitté son pays natal, et élevée seule sa fille. Un courage et une humilité qui force le respect.
Plus d’infos sur ce camp ayant receuilli des oubliés d’indochines : http://www.rapatries-vietnam.org/oublies-indochine.php

Brick

joseph-gordon-levitt-jeuneEnquête au lycée. Le jeune Joseph Gordon Levitt -vu dans Mysterious Skin- enquête sur la disparition de son ex Émilie de Ravin -qu’on retrouvera dans la série Lost. Certains jeunes acteurs (J.G.L. en tête) sont prometteurs et le style assez original. Des petits mots dans des casiers, des bagarres sur le parking de l’école, un passage dans le bureau du principal, le chef d’un gang qui vit chez sa mère.. Tout ça n’est guerre crédible, mais le scénario à tiroir est assez travaillé, et ça nous prouve que le budget importe peu quand on a l’envie.

Tom à la ferme

tom-a-la-fermeTom à la ferme est thriller réalisé par Xavier Dolan, sorti en 2013, et adapté d’une pièce de théâtre Michel Marc Bouchard.
Xavier Dolan est un jeune homme dont le compagnon est décédé. Se rendant à son enterrement dans la campagne, il découvre la ferme dans lequel le defunt a grandit, son frère, dominateur, homophone et violent, et sa mère qui ignore la véritable orientation sexuelle de son fils disparu.
Dès les premières minutes avec ce plan aérien, et cet homme qui fume dans sa voiture en chantant sans que nous entendions sa voix, on perçoit que la fabrication des images est un art chez Dolan. Malheureusement l’histoire qui tourne au syndrome de Stockolm est peu crédible. J’ai du mal à croire qu’une oppression si brutale débouche sur une soumission amoureuse et sadomasochiste.  Même si j’ai apprécié certains détails (la victime qui devient bourreau, l’aliénation et l’oubli par le travail, le fou rire nerveux d’une mère au bord du gouffre) je n’ai pas accroché à ce thriller, car cette soumission volontaire m’a semblé de l’ordre du grotesque.
Dolan est bien meilleur lorsqu’il s’agit d’amour dans l’acceptation, comme dans Laurence Anyways (son chef d’oeuvre a mes yeux)

 

Lanceur d’alerte

lanceur-dalerte-les-parasitesCourt métrage (24 min) disponible sur youtube.
Un jeune adulte tombe par hasard sur un secret d’affaire compromettant : Une entreprise est de mèche avec l’état français pour s’accaparer une partie des ressources d’un pays avec lequel l’état va rentrer en guerre.
Il fait alors le choix de communiquer ce secret au public.
Ne trouvant de soutien ni chez les journalistes, ni chez wikileaks, il va devoir se débrouiller seul pour faire éclater cette information au grand jour, en échappant à un homme armé qui est à ces trousses.
Une fiction qui fait assez amateur dans l’ensemble, mais bien rythmé, et dont la cause est noble : nous faire prendre conscience qu’en France, aucune législation ne protège à ce jour les lanceurs d’alerte.

Sans assurer pleinement le droit à l’information du public, il ne peut y avoir de vraie démocratie

A tous ceux qui révèlent les vérités qui dérangent, risquant leur carrière, leur liberté, voire leur vie..

La Reine Margot

la reine margot - adjaniLa belle et fougueuse Margot (Isabelle Adjani) est l’une des filles de la dynastie catholique des capétiens.
Elle est mariée un peu contre son gré au protestant Henri de Navarre -futur Henri IV- (Daniel Auteuil) dans le but d’apaiser les tensions de religions.
Mais celà n’empechera pas la nuit de la Saint Barthélemy commandé par le faible roi Charles IX (Jean Luc Anglade), influencé par la redoutable et cruelle Catherine de Medicis.
Certains passages sont romancés, notamment le personnage de La Môle (Vincent Pérez), qui a une relation singulière avec son meilleur ennemi, ainsi qu’une histoire d’amour passionnelle avec la reine Margot..
Ce film historique nous rappelle qu’à l’époque, la vie était bien fragile, surtout dans les familles au pouvoir où un empoisonnement -accidentel- n’était pas chose surprenante..