Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur

arthurUn héros qui se prend pour le Roi du monde, et qui finit par le devenir…
J’avais revu il y a quelques temps le Spartacus de Kubrick avec Kirk Douglas. Le héros y était modeste, respectait les femmes, ne se considérait pas meilleur que les autres, et risquait sa vie pour l’honneur, pour une injustice dont il a été le témoin.
Le Arthur de Guy Richie est un proxenète assumé, qui n’hésite pas à arnaquer, se prend pour le nombril du monde. Il est le plus fort, le plus malin, et entend bien le faire savoir. En plus de prendre les autres de haut, il voit les femmes comme des objets à protèger ou qu’on harcèle lourdement lorsqu’on essaye de les séduire.
Les temps ont changés, les valeurs aussi. Cet Arthur est loin d’être exemplaire, et sa personnalité me dérange.
Quant au film, je mets une note de 4/10 pour l’intro en acceléré sur l’enfance Arthur, mais lorsqu’arrivent les scènes d’action, ca sature literalement au niveau du son et de l’image.
Vous êtes prévenus.

Spartacus

i am spartacusDu grand spectacle. Kirk Douglas est un héros humble, solidaire, dénué d’orgueil, qui se supporte pas l’injustice mais qui sait contenir son agressivité. L’intelligence se mesure ici dans la capacité à se contrôler, et non pas dans l’impulsivité et la force brute. Une grande oeuvre de Kubrick, placéé dans un contexte historique intéeressant (avenement de l’Empire Romain), plusieurs milliers de figurants, des plans magnifiques. Petit regret tout de meme sur la scène finale de Spartacus agonisant qui a le temps de voir sa femme et son fils s’enfuir, libres.. C’est peu crédible à mon goût.

Sous tes doigts

sous-tes-doigts-animationCourt métrage d’animation.
Une jeune fille citadine retrace l’histoire de sa grand mère, vietnamienne, venue en France suite à la guerre d’Indochine, et hébergée dans le camp de Sainte Livrade dans le lot.
Les effets de fumée montrent bien la colère d’une jeunesse de quartier au style hip hop, qu’on compare/relie à la vie difficile d’une jeune fille 60 ans plus tôt, mère célibataire qui a quitté son pays natal, et élevée seule sa fille. Un courage et une humilité qui force le respect.
Plus d’infos sur ce camp ayant receuilli des oubliés d’indochines : http://www.rapatries-vietnam.org/oublies-indochine.php

La Reine Margot

la reine margot - adjaniLa belle et fougueuse Margot (Isabelle Adjani) est l’une des filles de la dynastie catholique des capétiens.
Elle est mariée un peu contre son gré au protestant Henri de Navarre -futur Henri IV- (Daniel Auteuil) dans le but d’apaiser les tensions de religions.
Mais celà n’empechera pas la nuit de la Saint Barthélemy commandé par le faible roi Charles IX (Jean Luc Anglade), influencé par la redoutable et cruelle Catherine de Medicis.
Certains passages sont romancés, notamment le personnage de La Môle (Vincent Pérez), qui a une relation singulière avec son meilleur ennemi, ainsi qu’une histoire d’amour passionnelle avec la reine Margot..
Ce film historique nous rappelle qu’à l’époque, la vie était bien fragile, surtout dans les familles au pouvoir où un empoisonnement -accidentel- n’était pas chose surprenante..

Star Wars épisode VII

star wars episode VIIEn 2012, Disney achète Lucasfilm pour 4 milliards de dollars.
3 ans plus tard, cet épisode 7 sort en salle, et il est signé J.J. Abrams (Armageddon, la série Lost).
Le scénario est assez fidèle à l’univers de la saga, puisqu’il y a énormément de similitudes avec les précédents épisodes : un robot porteur d’un message capital à l’intention de la résistance, un enfant adopté qui découvre la force, un combat père-fils en apothéose de la lutte du bien contre le coté obscur..
L’univers est bien là, mais il manque de l’originalité. C’était trop risqué de trahir l’esprit de la saga, car Disney compte bien rentabiliser son acquisition (cet épisode 7 est le premier d’une nouvelle trilogie).

Sanjay’s Super Team

Sanjay PatelCourt métrage de 7 minutes des studios Pixar.
Un enfant est absorbé par un dessin animé à la TV alors que son père s’accorde un moment de prière. Un choc de génération entre la culture populaire du monde moderne et la tradition Hindu. Pourtant, il suffit d’avoir un peu d’imagination pour réunir les deux univers..
Un moment touchant avec une relation père-fils pleine d’amour et de respect. Bravo à l’auteur Sanjay Patel.